Expatriation fiscale
de votre e-commerce

Expatriation fiscale
de votre e-commerce

dirigeant de sociétés :

Pourquoi expatrier fiscalement
son e-commerce ?

Sur Internet il y a deux arguments que les autres canaux de distribution n’ont pas : il est possible de comparer les prix… et ces prix sont 20 à 30 % moins élevés qu’en boutique. S’il est judicieux de se placer sur cette vague porteuse il l’est encore plus d’analyser en détails votre structure de coût pour une société expatriée fiscalement et spécialisée dans le e-commerce. Cela ne gêne pas les clients français ou belges qu’Ebay ou Amazon soient des compagnies américaines. Pourquoi donc, devriez-vous commencer votre entreprise dans un pays où les charges sociales et fiscales sont les plus élevées au monde ?

Vendre sur Internet : comment planifier votre expatriation fiscale ?

Pour mener un projet à son terme, il est essentiel d’y voir clair et de bien choisir sa structure juridique.

En effet, un mauvais choix de départ de structure juridique et fiscale pour votre e-commerce expatrié fiscalement vous entraînera dans des frais superflus et dans un imbroglio administratif certain.

Qu’est ce qui est essentiel dans votre modèle économique ?

C’est la grande question que vous devez vous poser, en général, et sans vouloir minimiser le reste, c’est le marketing !

Oui, vendre c’est l’essentiel, qu’il s’agisse d’un produit ou d’un service cela tourne autour de la même question.

Alors, pourquoi ne pas se concentrer sur cela et ne pas sous traiter tout le reste ?

Un entrepôt ?

On peut utiliser une société de logistique qui expédiera pour vous vos colis…

Un call center ?

Votre centre d’appel peut se trouver n’importe ou dans le monde…

Une agence de communication ?

Elle peut être à coté de chez vous mais aussi à Londres ou en Inde …

Donc la question est de savoir, pourquoi votre société devrait se situer dans votre ville ou même dans votre pays ?

Prenons Chypre comme exemple :

Si nous reprenions autrement les choses et disons que nous commencions par créer une société à Chypre qui disposera des éléments suivants :

  • Un bureau virtuel (téléphone et télécopie)
  • Un compte bancaire, un service de compte marchand pour encaisser vos paiements par cartes de crédit
  • Un numéro de TVA intra-communautaire
  • Un comptable local

Combien coûte l'expatriation fiscale de votre e-commerce ?

Moins de 500 euros par mois !

Pour le reste, vous pouvez mandater tout partenaire de votre choix, pour la communication, le marketing ou la logistique et signer vos contrats depuis Chypre. Cela ne changera rien pour vous, c’est le bénéfice d’être en Europe

L’impôt sur les bénéfices : 10 % – sans commentaires-

Votre salaire avec un e-commerce offshore ?

Vous avez parfaitement le droit d’être salarié d’une entreprise étrangère voire même de vous inscrire à l’URSAAF si vraiment vous en avez envie, sinon vous pouvez simplement optez pour une distribution anticipée des bénéfices de votre entreprise chypriote.

En France, les revenus financiers sont bien moins taxés que les revenus du travail, alors pourquoi ne pas en profiter ?

Si cela n’est pas votre première création d’entreprise, vous serez tellement content d’être libéré des cotisations sociales, GARP, CSG ….

Embaucher du personnel avec son entreprise offshore ?

3 choix s’offrent à vous:

  • Vous pouvez les inscrire à l’URSAAF (le service pour les entreprises étrangères est à Strasbourg mais cela se fait en ligne)
  • Vous créez une succursale française.
    Sachez que le directeur d’une succursale n’a pas les même responsabilités que le gérant d’une SARL, il n’est que salarié, donc non responsable des dettes de l’entreprise le cas échéant, il peut en outre cotiser et recevoir son chômage si il perd son emploi (solution très intéressante …)
  • Enfin vous pouvez simplement demander à ces personnes de prendre le statut d’auto- entrepreneur, vous serez leur client…

En somme, pour moins de 500 Euros par mois, vous pouvez commencer votre business e-commerce sur internet et ne vous concentrer qu’à la seule chose qui compte dans les trois premières années: VENDRE.